Les raisons de l'acidification des sols

Algernon Labbé | Biochimie

Les-raisons-acidifications-sols.jpg
  
  

Ainsi, l’acidification s’exprime par une élévation du taux d’acidité des sols. Ce taux élevé d’acidité consiste en une baisse palpable du degré du pH. Par ailleurs, cette baisse peut avoir une incidence pernicieuse sur le rendement. Cela veut dire que les plantes exigent impérativement un taux élevé en pH pour aboutir à une production satisfaisante des cultures. Sous les effets entre autres, des pluies et des climats humides, des activités d’origine microbienne, les sols ont tendance à s’acidifier d’une manière naturelle. Mais cette acidification peut être accentuée davantage par certaines activités d’origine anthropique responsable de l’émission des polluants et par certaines pratiques agricoles qui emploient à outrance l’engrais azotés ammoniacaux.

Les origines naturelles de ce phénomène

L’acidification des sols peut être accentuée naturellement en fonction du type de la roche mère, du climat et de la végétation. Tous ces facteurs biologiques ont une influence ostensible sur le niveau de l’acidité des sols. Si la roche sous-jacente n’est pas riche en éléments nutritifs et le climat de la région concernée est marqué par l’abondance des pluies, les sols deviennent de plus en plus acides. En outre, l’humus, riche en acide organique, constitue le résultat de la décomposition inachevée des végétaux morts ce qui provoque une nette accélération de l’acidification du sol. En plus, lorsqu'on a un taux faible en pH moins de 5.5, le phénomène de l’acidification favorise le déclenchement des minéraux contenant de l’aluminium qui peuvent s’avérer toxiques pour les plantes.

Les causes relatives aux certaines activités anthropiques

L’industrialisation avancée, l'emploi intensif des énergies, la surabondance des moyens de transport et l'agriculture incommensurable constituent les principaux catalyseurs de l’émission dans l'atmosphère de substances acidifiantes. Cela veut dire que l’homme est à l’origine majeur de l’émission des polluants azotés et soufrés qui se transforment par la suite en acides nitriques et sulfuriques. Sous l’action des vents, ces acides parcourent des milliers de kilomètres avant de se transformer en de dépôts acides. Ces dépôts finissent par se déposer sur le sol soit sous forme de poussières soit sous forme de pluies acides. Par surcroît, il serait judicieux de mettre en relief l’ammoniac qui demeure un autre facteur déclencheur du phénomène d’acidification. Les teneurs en ammoniac en l’air sont stimulées par les pratiques agricoles intensives ainsi que par l’élevage. La pollution ammoniacale peut porter atteinte aux récoltes en provoquant un brunissement et une dégradation des végétaux. Le recours à des engrais à tout-va peut avoir des effets délétères sur la qualité et la fertilité du sol. De même, L'agriculture moderne dépend de l’utilisation des fertilisants d’origine industrielle chose qui augmente considérablement l’acidité des sols. En effet, l'absorption par le sol des engrais ammoniacaux amène à une production des protons ce qui peut induire une potentielle acidité.