La pollution de l’air, cause principale du réchauffement climatique

Algernon Labbé | Pollution

pollution-de-lair-300x208.jpg
  
  

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis notre entrée dans l’ère de l’industrialisation, les activités humaines n’ont cessé d’altérer la qualité et la pureté de l’air. Les industries mais également les véhicules de transport émettent des gaz nocifs et de la fumée qui participent à la dégradation de l’atmosphère. Le transport en voiture constitue pourtant un besoin vital pour l’être humain alors qu’en Europe, on recense  chaque année des dizaines de milliers de personnes qui contractent des maladies liées à la pollution de l'air. La pollution de l’air est considérée comme l’une des principales causes de ce qu’on appelle réchauffement climatique. La température moyenne de la planète a augmenté de 0,6° C au cours du XXème siècle, et spécialement de 0,9°C pour la France. Au cours du siècle à venir, cette hausse atteindra 1,4° C.

Qu’est ce que la pollution de l’air ?

La pollution de l'air est provoquée par la fumée des industries, les grandes fermes agricoles, les installations de chauffage et les centrales thermiques, mais également des moyens de transport, dont les véhicules à moteur (sauf ceux électrique).

Ici, la pollution est qualifiée d’anthropique contrairement à la pollution naturelle produites par les éruptions volcaniques ou autres émissions naturelles de méthane.

Les conséquences de la pollution de l’air

Une voiture carburée avec de l’énergie fossile émet : du dioxyde de carbone (CO2), du plomb, du benzène, des particules de diamètre inférieur à 10 μm et du dioxyde d’azote (NO2).  Ces composants sont pour la plupart toxiques et nuisibles à la santé, mais aussi pour l’environnement.

L’abondance de gaz carbonique dans l’air est l’une des causes de l’effet de serre.  Normalement, la présence des gaz à effet de serre doit être bénéfique pour la planète, car ils absorbent le rayonnement infrarouge produit par la surface de la terre. Mais l’excès de concentration de ces gaz dans l'atmosphère est la cause du récent changement climatique et ses dangers pour la santé. Les réduire contribue ainsi de fait à protéger la nature.

La pollution de l’air et les perspectives pour l’environnement

Des conférences pour essayer de faire prendre conscience sur l’état de l’environnement et la nécessité de s’engager vers un développement durable ont été organisées. En 2016 aura lieu la COP 22, une Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Toujours dans le but de conscientiser les dirigeants et la population, on organise des manifestations comme la journée sans voitures qui s’est déroulée dans la capitale.

 Même si les causes du réchauffement climatique ne font pas encore l’unanimité auprès des scientifiques, le phénomène est déjà palpable au niveau de chaque nation : fonte des glaciers, hausse du niveau de la mer, canicule, désertification et sécheresse  dans de nombreuses régions du monde.

 La pollution de l’air est visible surtout dans les trafics et circulations automobiles des grandes villes et agglomérations. Une pollution qui est responsable des maladies respiratoires, comme le cancer du poumon, qui est mortelle.  On a déjà mis au point différentes alternatives pour remplacer les combustibles fossiles (le pétrole, le charbon et le gaz…). Le biocarburant, l’utilisation de l’énergie renouvelable éolienne ou solaire, des mesures pour stopper efficacement les déforestations et cultiver chez la jeune génération une manière de vivre plus écologique sont entre autre quelques unes des actions entreprises par les ONG œuvrant pour la préservation de l’environnement.