Gestion des déchets, les règles du tri sélectif

Algernon Labbé | Gestion déchets

gestion-dechets-tri-selectif.jpg
  
  

Depuis de nombreuses décennies, l’homme est conscient du respect indispensable à accorder à l’environnement. Particuliers et entreprises se ruent vers le recyclage des déchets dans le but de préserver une atmosphère saine et pérenne.

L’essentiel à connaitre sur la gestion des déchets     

Au premier abord, on pense que le tri des ordures se fait de manière simple. Tout le monde pense qu’il suffit séparer ceux qui sont traitables et ceux biodégradables et de faire l’achat d’un poubelle pour le tri. Toutefois, la collecte sélective est tout un travail qui va bien au-delà de cela. Avant d’entrer dans le vif du sujet, voyons en premier lieu la taxe mise en place vis-à-vis du tri des déchets.

Taxe pour financer le recyclage

D’après des sondages effectués en France, une taxe doit s’appliquer pour mieux inciter les gens à faire un tri de leurs déchets. Cela doit se fixer par rapport aux volumes des ordures domestiques. Le prix des services d’enlèvement doit convenir au poids des impuretés de chacun. Cela s’appelle « taxe d’enlèvement des ordures ménagères », sous le signe TEOM. C’est avec ce dernier que les collectivités locales financent tous les travaux sur les résidus, de leur collecte jusqu’à leur traitement. L’organisme détermine le taux de la taxe à payer. Cette contribution varie d’un endroit à un autre.

Le tri commence chez soi

Les poubelles réunies seront triées et réemployées selon leurs catégories. Le mieux est de séparer les déchets depuis chez soi. Cela rendra plus efficace le travail de traitement des usines spécialisées et toute la collectivité y gagnera. Depuis 2012 et jusqu’en 2016, le taux de recyclages d’emballages se fixait autour de 67 %. Cela ne veut pas dire que tout produit mis dans le bac de réutilisation va passer par ce procédé, et c’est la raison pour laquelle il faut commencer à dissocier les résidus dès la maison.

Le syndrome NIMBY

Diminutif de l’expression anglaise « Not in MyBackyard », ce facteur est traduit par « pas dans mon jardin ». Le phénomène touche tout ce qui est écologique. Il concerne les usines de traitements de déchets comme les énergies éoliennes.

Avis sur la taxe sur les déchets ménagers

Un sondage a été effectué sur 1332 Français sur la taxe des déchets ménagers. Les réponses et les avis sont variés.

  • La majorité mise sur l’augmentation de cette taxe prochainement
  • Beaucoup sont motivés à payer, d’autant plus qu’ils procèdent déjà au tri de leurs ordures.
  • Plus de la moitié ne sont pas convaincu par l’augmentation de la taxe sur les déchets domestiques
  • Nombreux proposent que la taxe doit se fixer par rapport à la quantité des détritus.

Le calcul de cette contribution est ignoré par la plupart de la population, ou connu vaguement.

>>> Lisez aussi cet article sur les actions des ONG environnementales pour la gestion des déchets industriels