Atouts des aliments bio pour lutter contre l'élevage industriel

Algernon Labbé | Elevage grande échelle

produits-bio.jpg
  
  

Depuis quelques décennies, on peut remarquer le gain d’intérêts que les consommateurs français ont pour les aliments bio. Leurs productions sont soumises à des règles strictes qui garantissent leurs qualités et le respect de l’environnement. Une rude concurrence leur est opposée par les produits à bas prix issus de l’élevage intensif, malgré de nombreux arguments médicaux et les sensibilisations écologiques.

Aliments bio : bénéfique pour tous

La production biologique présente des avantages pour le consommateur, l’agriculteur, les animaux et l’écologie. Cette mode de production interdit aux agriculteurs l’emploi de pesticides, d’herbicides, et d’insecticides nuisibles pour la santé, et responsables de la pollution des nappes phréatiques. Elle est soutenue par les associations et ONG environnementales.

La consommation des aliments bio est conseillée par les médecins et les diététiciens, car les viandes et les produits issus de l’élevage industriel sont moins nutritifs et contiennent plus de matières grasses. De plus, les aliments bio sont avantagés en goût et en fraîcheur.

Les animaux issu s de l’élevage à grande échelle ont souvent recours à des antibiotiques à cause de leurs mauvaises conditions de vie : stress, piétinement, transmissions de maladies, mutilation. La consommation trop fréquente de ces produits peut réduire la capacité de notre organisme à résister aux maladies d’origine bactériennes.

Dans l’élevage bio, le bien-être de l’animal est l’un des principaux soucis. Ils sont soignés avec des traitements homéopathiques en cas de maladies, et à titre de mesures préventives, les vaccins peuvent être administrés pour un élevage de vaches laitières. Afin de minimiser le stress, les animaux élevés biologiquement sont laissés en quasi-liberté.

D’après les études, l’élevage industriel est le secteur qui produit le plus de gaz à effet de serre, responsable de la destruction de la couche d’ozone. Il devance ainsi le secteur du transport, dans la pollution de l'air, cause principale du réchauffement climatique.

Les obstacles pour manger des aliments bio

Les aliments bio étaient qualifiés de produits de luxe. Plus qu’une nécessité, ils étaient plutôt considérés comme une lubie. L’agriculture et l’élevage bio sont néanmoins de plus en plus valorisés par les avis des experts en santé et bien-être, en plus des objectifs des associations de protection de la nature.

Des contrôles quasi-absents

Les défenseurs des animaux ont lutté pour faire respecter le bien-être des animaux. Certaines de leurs revendications ont abouti à la formulation de lois qui ne sont pas souvent respectées.

La législation européenne sur l’interdiction de l’élevage intensif peut être considérée comme un grand pas pour les défenseurs des animaux. Pourtant, les mutilations sont toujours pratiquées : la coupe des queues des porcs et des griffes des canards, l’abattage précoce, la section des becs des poulets de chair… Cette législation manque d’application et n’est pas strictement respectée pour certains animaux, les truites sont encore mises en cage durant la majeure partie de leurs périodes de gestation.

Une demande en bio largement inférieure à l’offre

La population de la planète ne cesse de croître et cette croissance démographique entraîne une augmentation des besoins alimentaires et sanitaires. La situation de crise économique exige que les consommateurs s’orientent plus vers les produits moins chers, sans prendre en compte leurs impacts dévastateurs sur la santé. Même si l’alimentation bio est plus onéreuse, il existe des astuces pratiques pour manger bio moins cher.

Souvent, les consommateurs sont trompés à cause des emballages qui reflètent une production saine et respectueuse de la nature. En fait, ces consommateurs ignorent tout du système d’élevage des animaux. La solution serait de mettre en évidence sur les emballages des produits alimentaires bio, comment les reconnaître facilement. Les modes de culture et d’élevage devraient également être mentionnés sur les étiquettes de tous les produits bio ou non.

  
  

Articles similaires

COMMENTAIRES